2

Test du 3D Robotics Solo (3DR Solo SA15A)

Après avoir sorti le Iris+, 3DR se lance maintenant dans les drones plus haut de gamme avec le Solo SA15A. Les personnes qui connaissent le Iris+ ou le Parrot AR Drone 2.0 Edition GPS sont déjà familiers avec le système de navigation GPS. Déjà très pratique sur ces deux modèles, le système est optimisé au maximum sur ce nouveau modèle pour vous donner une liberté de mouvements totale. Pour définir ce drone en un mot je n’en vois qu’un : « Génial » ! Tout me plait sur ce drone son design futuriste épuré, son système de contrôle très simple et surtout sa caméra ultra performante ! Tous ces avantages font du 3DR Solo SA15A l’un des drones les plus performants de l’année. Dans ce test du 3DR Solo, nous allons voir de plus prés les avantages qu’il vous propose et ses limites.

Le drone testé dans ce test est le modèle français qui est équipé d’un stabilisateur qu’on ne retrouve pas sur le modèle importé des USA.

3DR Solo SA15A
  • Contrôle
  • Solidité
  • Temps de vol
  • Caméra
  • Design
  • Prix
4.9

Le top du drone pour la vidéo

Le Solo est le drone parfait pour prendre des vidéos de qualité professionnelles. Avec ses différents paramètres de vol on peut vraiment se permettre de prendre des vidéos de qualité sans avoir à se soucier du pilotage. Je recommande vivement ce drone aux passionnés et aux professionnels de la vidéo qui veulent un outil pour prendre des films de très haute qualité.
Un drone intelligent au top de la vidéo !

Test du 3DR Solo SA15A – Unboxing

solo boiteVoyons dans un premier temps le packaging du drone et vous allez vite vous rendre compte que même l’unboxing de l’appareil est plutôt plaisant. Tous les composants du drone sont présentés et emballés de façon pro, cela donne un premier contact très agréable avec le drone et on se dit que le constructeur a tout fait pour que ce drone soit classé au top des drones du moment. Et ça fonctionne, en effet la valise de transport transpire le professionnalisme et le drone noir brillant y est bien mis en valeur.

Autre chose appréciable avec la boite elle même : elle peut être utilisée pour le transport futur du drone tant elle est bien réalisée. Ce sont les détails tels que celui-ci qui permettent au 3DR Solo de se détacher des concurrents. Une fois les différentes parties du drones sorties de la boite, il est immédiatement prêt à voler : Il suffit de disposer les hélices sur les supports et de charger la batterie. Voyons ensemble tous les autres détails plaisants que ce drone nous cache.

>>>Voir toutes les données techniques sur Amazon.fr<<<

Design

Au niveau du design vous n’allez pas être déçus ! Si comme moi vous vous intéressez de prés au drones il y a fort à parier que vous êtes adeptes du futurisme et de la robotique de pointe. Rien qu’à son design on remarque immédiatement le soin porté à ce drone par 3D Robotics. « Minimaliste » : C’est le mot qui définit le mieux ce drone. Le châssis noir mat aux courbes épurées lui donnent vraiment un look d’alien qui ne manqueras pas d’attirer l’attention. La grosse batterie 5,200mAH (Nous en parlerons plus en détail un peu plus bas) se détache de ce corps mat grâce à une couleurs noire brillante. Le logo de la marque aurait pu être un peu plus discret sur le dessus mais ça ne gène pas tant il reste discret.

Le quadricoptère est assez gros avec un diamètre de 50cm qui ne vous permettra pas de passer par les recoins les plus étroits. Le Solo est aussi un peu lourds : avec la batterie, le stabilisateur et la caméra, il pèse environ 1,5Kg il reste donc dans les limites de la législation françaises pour les vols de drones (2Kg) en visuel direct ou en vue première personne.

Solo fond blanc

Une fois allumé, le 3DR Solo prends des couleurs avec des LED rouges et bleues sous chaque moteur. Les LED permettent de bien repérer le drone lorsque vous effectuez des vols de nuit, avec la puissance dont elles disposent elles sont visibles à une bonne distance. Lorsque le drone vole les LED rouges indiquent l’avant et les bleues l’arrière de l’appareil.

En dessous du drone on retrouve les fixation et la connectique pour la caméra, il y a aussi de petites LEDs qui indiquent le bon (Ou mauvais) fonctionnement du drone lors de l’allumage. Ces lumières clignotent lorsque l’appareil démarre et établis la connexion, on peut diagnostique plusieurs problèmes en fonction de la vitesse de clignotement de ces LEDs. De nombreux ports de connexion sont disponibles pour adapter des accessoires en tout genre.

Concernant la fixation de la caméra, j’ai préféré opter pour le modèle 3DR Solo Français qui ne dispose pas de fixation de base mais qui peut accueillir un stabilisateur très performant vendu séparément par la marque. J’ai appris plus tard qu’il était aussi possible d’adapter le stabilisateur sur le modèle importé des USA. Ce second modèle est livré avec un support caméra de base. Alors que sur le modèle de base la caméra est fixe, il est possible avec le stabilisateur (Plus cher) d’orienter la caméra où on le souhaite. Un câble relie le stabilisateur au corps du drone ce qui permet de contrôler directement l’orientation de la caméra et la caméra elle-même. Que ce soit pour le support standard ou stabilisé, un câble HDMI relie le drone à la caméra pour accéder aux contrôles. Malheureusement, pas de caméra fournies avec ce modèle de drone contrairement aux appareils de chez DJI avec ses « Phantom », il faudra donc acheter une GoPro séparément. C’est le principal problème de ce drone, il est adapté pour accueillir une GoPro à acheter séparément ce qui fait encore augmenter le prix.

>>>Plus d’images du drone sur Amazon.fr<<<

Contrôle du drone

La télécommande qui est fournie possède un design proche de celui du drone avec un large panneau de contrôle en plastique noir mat et quelques éléments qui ressortent en plastique noir brillant. On dispose sur la manette de 8 boutons et deux sticks de contrôle le tout géré par un écran OLED au milieu qui indique la durée de vie de la batterie, le nombre de satellites GPS connectés pour les vols GPS et le mode de vol sélectionné.

La télécommande tiens bien en main avec un petit creux derrière le panneau pour avoir une bonne prise. Les pouces tombent naturellement sur les sticks de contrôle tout en pouvant atteindre les autres boutons de l’appareil. Les index atteignent facilement les gâchettes au dessus de la télécommande pour contrôler l’orientation de la nacelle caméra. Ces gâchettes peuvent être activées de deux façon : La gâchette de gauche permet de monter ou baisser la caméra et celle de droite permet une orientation droite-gauche.

Solo_telecommande

Il est aussi possible d’adapter un smartphone IOS ou Android sur le support au dessus de la télécommande de contrôle. Le smartphone est attaché fermement à la télécommande et il ne tomberas pas même si vous courrez télécommande en main. Le support permet d’ajuster la taille du téléphone pour accueillir différents modèles cependant, il n’est pas possible d’attacher un téléphone avec un écran de plus de 13cm. Moi qui espérait pouvoir des images magnifiques sur ma tablette écran HD, c’est raté ! En fait la tablette peut tenir, mais le support n’est plus aussi performant et elle risque de tomber, je ne m’en sert donc que lorsque je suis assis au dessus d’une table. En plus la télécommande deviens très déséquilibrée lorsqu’on met une tablette et j’avais toujours l’impression que le contrôleur allait tomber en avant. J’utilise donc le plus souvent mon Galaxy S7 qui fonctionne très bien ou avec le Nexus 5.

L’application une fois installée permet de voir les images du drone en direct et affiche des informations de vol utiles comme l’altitude, la direction (Boussole) la force du signal et quelques contrôles pour la caméra. Si vous utilisez la GoPro Hero 4, vous pouvez aussi contrôler la caméra depuis l’application, changer le mode de prise de vue et modifier les paramètres (Luminosité, couleurs…) pour obtenir la meilleure vidéo possible. Les autres GoPro peuvent aussi être utilisées mais le contrôle ne se fait pas directement depuis l’app.

>>>Voir la fiche produit sur Amazon.fr<<<

Le vol/ Pilotage

Le 3DR Solo SA15A est un drone parmi les plus simples à piloter, avec des atterrissages et décollages automatiques et beaucoup d’autres fonctions permettant de se concentrer sur la vidéo. Pour le décollage, vous allumez le drone et attendez une minute qu’il s’initialise, on appuis ensuite sur le bouton « Fly » et les moteurs démarrent. Appuyez encore une fois sur « Fly » pour que le drone s’élève automatiquement de 1m du sol. Les deux joystick sont très sensibles aux moindres mouvements les plus subtils cela rends le drone ultra-maniable et capable de passer partout si vous savez bien piloter.

L’appareil propose beaucoup de modes de vol : 4 pour la vidéo et 5 pour les options avancées de vol. Les modes vidéos sont créés pour capturer des vidéos spécifiques nécessitant une attention particulière :

  • Le mode Cable Cam : Permet de définir des points dans l’espace à travers lesquels le drone va évoluer. Cela corresponds à une prise de vue « Caméra câble » dans le cinéma, la caméra évolue sur un câble et le cadreur ne gère que l’orientation, le cadre…
  • Le mode Orbit : Permet de mettre le drone vol autour d’un point, il va simplement « orbiter » autour d’un point donné avec la caméra orientée vers le point d’orbite. Grâce à ce mode j’ai pu effectuer des travelling circulaires magnifiques.
  • Le mode Selfie : Permet de réaliser un selfie en « Dézoomant ». Le drone pars de prés de vous et s’éloigne progressivement. Cela permet d’enregistrer de belles scènes de découverte d’un paysage.
  • Le mode Follow : C’est l’un des modes les plus impressionnant de ce drone. Il permet au drone de vous suivre à la trace lors de vos déplacements, c’est un mode utilisé par les sportifs pour enregistrer des vidéos aériennes de leurs exploits que ce soit en vélo, en ski, en skate… Un mode qu’on retrouve de plus en plus sur des drones plus bas de gamme mais ce mode permet au 3DR Solo de suivre sa cible sans avoir besoin d’un « Point de repère » en effet d’habitude pour être suivi de la sorte par le drone il est nécessaire de porter un bracelet qui indique au drone votre position, là le drone vous « Voit » vraiment et peut vous suivre sans vous encombrer d’autres accessoires.

Tous ces modes de vol fonctionnent très bien et permettent de réaliser des vidéos de très bonne qualité lorsqu’on s’est familiarisé avec le système de prise de vue. Les modes de ce drone sont très simples à utiliser et très automatisés, reléguant les DJI phantom à la seconde place dans ce cas. Sur le Phantom 3 il est nécessaire de contrôler la vitesse du drone lors de la prise de vue, le Solo gère aussi la vitesse. Par exemple, si le drone se déplace trop vite sur votre prise de vue en Cable Cam, pas besoin de redéfinir les points, il suffit d’ajuster la vitesse sur le bouton correspondant et le drone recalcule l’itinéraire. En mode Orbit, si vous souhaitez faire tourner le drone autours d’un objet un peu large, vous pouvez régler le diamètre sur l’écran facilement et le Solo recalcule son itinéraire de vol.

Solo_vol2

C’est un peu comme avoir un co-pilote : Vous gérez la vidéo et le drone s’occupe de la partie pilotage. Il faut évidement prendre quelques mesures avant de faire voler votre drone en automatique, en effet le drone ne peux pas voir si il se dirige vers un arbre (Problème réglé sur le Phantom 4 avec sa technologie d’évitement des obstacles). Heureusement un bouton « Pause » est disponible sur la télécommande, en appuyant sur ce bouton le 3DR Solo se met en vol stationnaire immédiatement. Il m’est arrivé une fois que le drone s’approche un peu trop d’un arbre, j’ai immédiatement appuyé sur le bouton pause et le drone s’est arrêté sur place dans la seconde !

En activant les modes de vol avancés dans l’app Solo vous accéderez à de nouveaux modes de vol plus avancés pour un usage plus poussé : Manuel, Stabilisé, Drift, Acrobatique, et sport.

  • Manuel : Le drone deviens totalement manuel sans toutes les aides au pilotages. Le pilote a le contrôle total sur le drone et ce mode permet d’aller à des vitesses impressionnantes (ce que je déconseille) !
  • Stabilisé : C’est pareil que le mode manuel sauf que le drone va se stabiliser lorsque vous lâchez les contrôles.
  • Drift : un mode intéressant permettant de contrôler le drone un peu plus comme un avion radio commandé.
  • Acrobatique : Un mode complètement libre permettant d’enlever la limitation sur l’orientation, vous pouvez maintenant faire des flip et des vrilles.
  • Sport : Comme le mode acrobatique il permet de faire des figures mais le drone reprends le pas sur le pilote s’il s’approche trop du sol.

Tous ces modes sont très fun mais nécessitent un peu d’expérience pour être utilisés, sinon vous vous exposez à un crash à plus de 1000 euros !

>>>Vérifier le prix sur Amazon.fr<<<

Vol autonome

Comme vous l’avez deviné de certains modes vidéo, le Solo est destiné à se piloter seul. Beaucoup des capteurs de stabilisation et des système d’aide au pilotage ne sont pas destinés à être utilisés par l’utilisateur mais par le drone lui-même. Par exemple vous pouvez mettre le drone en mode Orbite en abaissant le joystick et faire quelque chose d’autre pendant que le drone filme.

Les professionnels qui souhaitent surveiller une zone, il est possible sur ce drone de créer un chemin en 3D que le drone va suivre à la lettre.

L’application Android (Pas dispo sur IOS pour l’instant) Tower permet d’accéder à un contrôle GPS plus poussé. Dans cette application, vous pouvez sélectionner une zone à surveiller sur la carte et l’application créé automatiquement un plan de vol, le transmet au drone. Les pro qui veulent surveiller une zone en créant un modèle 3D trouveront cette application très utile ! Il est aussi possible sur ce drone de créer ses propres apps grâce à un Kit développeur (SDK) avancé.

Solo_Avol

>>>Vérifier la disponibilité sur internet<<<

Photo et vidéo

Le drone Solo ne peux pas prendre de photos et de vidéos sans ajouter un appareil de capture vendu séparément. Quelque soit le modèle choisis (Importé des USA ou français) il est nécessaire d’acheter une GoPro séparément. Celle-ci se connecte facilement grâce à un câble HDMI qui renvoie le flux vidéo au drone et sur l’app. Cela permet au Solo de contrôler la vidéo de la Hero 4 et de régler certains paramètres. Sur les versions de GoPro précédentes ce n’est pas possible, mais on peut tout de même lancer la capture vidéo à distance ou la couper.

La combinaison 3DR Solo et GoPro fonctionne très bien, le drone permet d’effectuer de nombreux vols autonomes facilement et il ne reste plus qu’à vous concentrer sur la capture de la vidéo. La résolution de l’image et la fréquence dépendent donc de la caméra que vous choisissez d’utiliser mais avec la Hero 4 Black j’ai pu filmer des vidéos 4K à couper le souffle ! Les utilisateur de ce dernier modèle peuvent aussi choisir la résolution et la fréquence d’enregistrement facilement depuis l’app.

Comme je vous l’ai précisé plus haut, vous pouvez choisir ce prendre le modèle américain avec le support de caméra simple ou opter pour l’achat séparé d’un stabilisateur de la marque. Le support de base ne permet que la fixation de la caméra vers l’avant ou vers le bas sans possibilité de bouger la caméra lors du vol (Il faudra bouger le drone pour changer la direction). Les fixation en gomme permettent de tenir solidement la GoPro et d’absorber une partie des chocs et des vibrations lors du vol, mais le rendu reste rependant un peu perturbé par les vibrations en vol lorsque le drone est en mouvement.

>>>Trouver le meilleur prix<<<

Le stabilisateur embarque de nombreuses parties en gomme isolante pour bien tenir la caméra, eux aussi permettent d’absorber les vibrations les plus légères. Le moteur de contrôle de la caméra permet de stabiliser la nacelle au mieux. Cela fournis une qualité de vidéo ultra-stable et permet des mouvements fluides et une vidéo nette même lors des manœuvres brutales. La qualité de la vidéo que j’ai pris avec ce drone est supérieure à celle du DJI Phantom 3, et ce uniquement grâce à ce stabilisateur très performant.

Solo1

La nacelle permet aussi d’orienter la caméra pendant le vol, on peut ainsi tourner l’objectif vers la droite, la gauche, le haut ou le bas. Attention tout de même lors des prises de vue aux pieds du drone qui va venir gêner un peu. Il est aussi possible d’enregistrer des positions pré-définies sur les boutons pour orienter la caméra dans une direction particulière lors du vol. La vitesse de mouvement de la caméra peut aussi être réglée. Cette combinaison permet de créer des plans très fluides avec des mouvements de caméra très pros et même de recréer un mouvement parfaitement identique sur plusieurs vols consécutifs. C’est plutôt pratique pour faire des Time-Lapse ou des vidéos avant-après avec un rendu pro.

La nature Open-source du drone signifie aussi que de nouveaux accessoires sont régulièrement mis en vente. de nouvelles nacelles par exemple. J’ai moi-même acheté le Ricoh-Theta S 360 Degrés sur mon drone qui permet de prendre une vidéo de réalité virtuelle très impressionnante ! Cet adaptateur permet d’utiliser n’importe quelle caméra avec une fixation pour tripode étant donné qu’elle dispose d’une vis à tripode standard. Cela m’as permis d’essayer mon drone avec la caméra de sport Sony avec stabilisateur intégrée plébiscitée par les parachutistes pour sa stabilité, elle permet aussi de réaliser des vidéos magnifiques sur ce drone (Un poil en dessous de la GoPro et sa nacelle).

>>>Voir la fiche produit d’Amazon<<<

Batterie

Le 3DR Solo possède une batterie performante avec ses 5 200mAh au lithium polymère qui se branche au dessus du drone. J’ai enregistré une moyenne de 22 minutes de vol pendant mes tests et mon utilisation courante. Ce qui est un très bon score étant donné la qualité et surtout le poids du drone. La durée de vol est donc comparable au DJI Phantom 3, mais elle est en dessous du Phantom 4 qui atteint les 28 à 30 minutes de vol.

Solo_1

La batterie prends un peu plus d’une heure pour se recharger, c’est la durée normale pour une batterie de cette puissance. Vous ne pouvez recharger qu’une batterie à la fois et contrairement au Phantom 3 il n’existe pas de chargeur alternatif pour charger plusieurs batteries en même temps. Les batteries supplémentaires sont disponibles sur Amazon, mais elles ne sont pas données avec un prix de 180€ environ.

 >>>Voir la disponibilité sur Amazon.fr<<<

Mon avis

Le drone Solo n’est pas à la portée de toutes les bourses, avec un prix un peu supérieur à 1000€. Avec la GoPro et le stabilisateur ce prix passes dans les 1500€ environ en fonction du modèle de GoPro choisis. Cela rends le drone bien plus cher qu’un DJI Phantom 3 (entre 600 et 900€ en fonction du modèle) qui peut aussi servir à la capture de vidéos HD de qualité.

Cependant le Solo a des avantages absents sur son rival plus bon marché. La télécommande est de très bonne qualité, avec un design sobre mais qui rends tous les contrôles utiles très accessibles. Le Solo est aussi plus simple à piloter avec une télécommande plus sensible et des modes de vol plus poussés pour les connaisseurs et plus assistés pour les débutants. Il plait aussi bien plus aux bidouilleurs et autres hackers grâce à son interface open source qui permet de paramétrer le drone comme on le souhaite. Si vous voulez un simple drone pret à voler pour prendre des vidéos de qualité, le DJI Phantom 3 ou le Parrot Bebop 2 sont de meilleurs choix. Cependant si vous souhaitez effectuer des captures vidéos plus complexes le 3DR Solo est le drone qu’il vous faut !

3DR Solo SA15A
  • Contrôle
  • Solidité
  • Temps de vol
  • Caméra
  • Design
  • Prix
4.9

Le top du drone pour la vidéo

Le Solo est le drone parfait pour prendre des vidéos de qualité professionnelles. Avec ses différents paramètres de vol on peut vraiment se permettre de prendre des vidéos de qualité sans avoir à se soucier du pilotage. Je recommande vivement ce drone aux passionnés et aux professionnels de la vidéo qui veulent un outil pour prendre des films de très haute qualité.
Un drone intelligent au top de la vidéo !

Click Here to Leave a Comment Below 2 comments
Nicolas - janvier 7, 2017

Salut

Je suis à la recherche d’un drone pour de la capture vidéo, j’ai exclue malgré que ce soit une forme FR le bebop2 de par la qualité de leur vidéo.
Je commençait à m’orienter sur un P3 adv ou pti de chez dji jusqu’à la rencontre de ce modèle.

Je possède déjà une Gopro hero4 silver.

Aujourd’hui on retrouve des offres assez proche sur le neuf et l’occasion sur les p3 comme les solo.
Mais j’ai remarquer que certain se serait plains du gps sur le solo, est ce que vous confirmer ce problème?

Que me conseilleriez vous?
Merci

Nicks

Reply
    Max - janvier 12, 2017

    Salut Nicks,
    J’utilise le Solo depuis quelques mois maintenant et je n’ai jamais eu le problème de GPS dont parlent certains sites. C’est un super drone intelligent que je préfère au DJI Phantom 3, celui-ci est plus « professionnel » en quelques sortes. J’entends par là qu’on peut régler plus de paramètres sur le Solo et du coup faire de meilleurs clichés.

    Ceci dit le DJI est aussi un très bon drone qui est disponible il me semble pour moins cher, à vous de voir si vous préférez les performances ou le prix…

    Concernant le marché de l’occasion je l’évite en général mais on peut parfois trouver des affaires intéressantes… Faites juste attention aux arnaques !

    Reply

Leave a Reply: