Test du drone Mavic Air : le drone ultraportable de DJI (Version 2018)

Si DJI régnait déjà en maître sur le monde du drone, avec la sortie du Mavic Air, il va encore asseoir sa suprématie. Plus petit, plus puissant, plus sécurisant et plus facile à piloter, son encombrement ridicule permet de l’emporter partout. En effet, une fois replié, il a la taille d’un smartphone et tient facilement dans une grande poche de blouson. On a donc une espèce d’hybride qui combinerait la simplicité d’utilisation du Spark et les performances du Mavic Pro ! Seul le prix, d’environ 850 € pour le pack de base, risque d’en refroidir plus d’un. Alors que vaut vraiment le petit dernier de chez DJI ?

Un drone pour amateur en quète de portabilité
  • Contrôle
  • Solidité
  • Temps de vol
  • Camera
  • Design
  • Prix
4.8

Le drone parfait pour les vidéastes ammateurs

Avec son prix relativement abordable pour un passionné et ses performances vraiment au dessus de la concurence, le Mavic Air est un drone qui conviendra parfaitement pour faire de la vidéo amateur de très bonne qualité. Je le recommande à tous les passionnés à la recherche d’un produit mobile.

Caractéristiques techniques du DJI Mavic Air

Comme il y a déjà eu bon nombre de tests très pointus sur les caractéristiques techniques, je vais vous donner ici les bases sans m’étendre outre mesure… Je préfère vous parler de ses caractéristiques en vol et de ses possibilités en termes de vidéo, photo et fun !

Donc, petit tour rapide du propriétaire :

Moitié moins grand que le Mavic Pro et 40% plus léger, la compacité du dernier-né de DJI surprend tant par sa taille que par son design. Avec un corps étudié en soufflerie pour répondre aux exigences de stabilité, de vitesse et d’autonomie, le Mavic Air se veut encore plus performant et ludique que ses prédécesseurs. Mais attention, ne vous méprenez pas, il n’est pas là pour remplacer le Mavic Pro ou le Spark : il vient juste étoffer la gamme en s’intercalant entre les deux. Son positionnement est d’ailleurs justifié car il s’agit bien d’un hybride. Reprenant le concept des bras pliables du Mavic Pro, on retrouve une nacelle stabilisée mécaniquement sur trois axes, la vidéo en 4K et de puissants moteurs qui l’emmènent à 68 km/h en mode sport. Et il reprend de son petit frère, le Spark, les modes de vol et prises de vue automatisées (Helix, Fusée), en en ajoutant d’autres comme Astéroïde et Boomerang ainsi que le SmartCapture.

En attendant de revenir sur tous ces  modes, voici les caractéristiques techniques détaillées : 

  • Nacelle 3 axes avec stabilisation mécanique
  • Caméra : capteur CMOS 1/2.3″ – 12MP – f2.8- Distance focale de 24mm
  • Modes Panorama, horizontal, vertical, 180 degrés et sphère – 32MP
  • Video 4K UHD/30 ips – 1080/120 ips
  • Mémoire interne de 8go – Pratique si vous oubliez votre carte SD à la maison
  • Radiocommande pliable(hybride entre celle du Mavic Pro et celle du Spark). Les boutons et antennes se détachent pour faciliter le transport
  • Modes Active Track (amélioré), Quickshots (comme sur le Spark) mais avec 6 Quickshots différents (Fusée, Dronie, Cercle, Spirale, Astéroïde et Boomerang)
  • SmartCapture pour un contrôle du drone avec des gestes.
  • Système d’évitement des obstacles.
  • Autonomie en vol 21 min
  • Vitesse de pointe 68 km/h en mode sport
  • Portée vidéo de 2 km en Europe.
  • Compatible DJI Googles

Un drone ultraportable et vraiment pratique.

Allez, on rentre dans le vif du sujet !

Le Mavic Air reprend donc le design pliable et compact du Mavic Pro en le miniaturisant encore plus. Et pour aller plus loin dans l’ultra portabilité, DJI a fait en sorte qu’on puisse le piloter sans radiocommande et même sans smartphone grâce aux fonctionnalités SmartCapture héritées du Spark ! Donc pas besoin d’emporter d’accessoires si vous souhaitez voyager vraiment léger !

Le Smartcapture, c’est la fonctionnalité qui permet de contrôler le drone via des gestes de la main tant qu’on se cantonne à des opérations basiques. Il est ici amélioré par rapport au Spark et permet plus intuitivement et plus efficacement de décoller, avancer, reculer, filmer, prendre des photos et selfies avec de simples gestes de la main. J’avoue que se prendre pour un Jedi utilisant la « Force » pour piloter le drone est assez fun ! Et si vous ne faites plus de geste, il se contentera de vous suivre comme un gentil toutou !

DJI a même pensé aux étourdis, puisque la machine possède une mémoire interne de 8Go vous permettant d’enregistrer quand même quelques vidéos et photos même si vous avez oublié vos cartes SD à la maison (Je vous parle en connaissance de cause !).

La mise en route du Mavic Air répond à la même simplicité que les autres membres de la famille : on enfiche son smartphone dans le corps de la radiocommande et l’on y visse les joysticks (une belle astuce au passage puisque cela permet ainsi de la glisser dans une poche) avant de la mettre sous tension, puis on déplie le drone façon « Transformers » (on notera qu’à la différence du Mavic Pro, les hélices ne sont pas pliables) ; la mise sous tension s’effectue par un double clic sur le bouton de la batterie. Attention : il est important de bien déplier les pieds puisque les antennes radio se trouvent dedans ; de plus, si vous ne le faites pas, l’avant ne sera pas surélevé et la nacelle risque donc de toucher le sol et de surchauffer à l’initialisation.

Mais pas d’inquiétude : DJI a pensé aux débutants en plaçant, un peu partout sur le drone, des autocollants pour indiquer comment déplier les bras correctement lors de la première utilisation.

De même, toujours pour les débutants mais pas que, le Mavic Air embarque une technologie qui lui permet de détecter les obstacles : il s’agit du système APAS qui devrait être progressivement intégré à tous les futurs drones DJI. Le système crée un mapping 3D de l’environnement afin de détecter les obstacles et les éviter. Effectivement, joystick poussé à fond vers l’avant, le Mavic Air esquive avec élégance murs et arbres pour continuer sa route. À noter aussi que l’obstacle doit être suffisamment gros et contrasté pour que le système le détecte.

Prise en main et premier vol

Il est possible de demander un décollage automatisé : l’appareil vient se placer en stationnaire à faible hauteur. Ou de préférer l’ancienne méthode, qui consiste à « croiser les joysticks » pour armer les moteurs, puis à pousser les gaz.

Le Mavic Air peut voler en extérieur avec l’aide du GPS (Systèmes GPS et GLONASS), mais aussi en intérieur, ce sont alors les capteurs situés sous l’appareil qui prennent le relais pour maintenir l’engin en place. Le résultat, c’est qu’il reste parfaitement immobile dès qu’il a décollé.

On nous annonce une autonomie moyenne de 20 min environ et c’est bien le cas (dans le cadre d’un vol sans vent). On notera par ailleurs que le Mavic Air est assez bruyant, plus que le Mavic Pro Platinum, c’est certain.

Et les premières impressions sont plutôt positives ! Le drone est vraiment stable même avec un peu de vent : il est donné pour résister jusqu’à 38 km/h de vent, ce qui est loin d’être négligeable pour un drone de cette taille !

Les commandes sont réactives mais douces. Parfait pour les pilotes peu expérimentés qui ne sont pas très à l’aise lors des premiers vols. D’autant que si vous lâchez les commandes, il se fige sur place, en conservant sa hauteur et sa position. Les réglages sont prévus pour que les commandes soient efficaces en prises de vue : suffisamment nerveuses pour évoluer sans contraintes, suffisamment douces pour réussir de belles images.

Que demander de plus ?! Eh bien, appuyez sur le mode… Sport !

Les débattements des commandes sont augmentés, la détection des obstacles est supprimée : le Mavic Air devient une petite fusée. La fiche technique donne une vitesse de pointe à 68 km/h, contre 65 km/h pour le Mavic Pro. La différence est-elle perceptible en pratique ? Pas vraiment. Mais l’impression de puissance est sympa. Il est aussi possible de modifier les réglages des courbes de réponse des commandes dans DJI GO 4, indépendamment du mode Sport. Un excellent point pour les pilotes exigeants et j’avoue m’être éclaté à le piloter style racer avec ce mode !

Une dernière chose, la portée. Beaucoup de critiques ont été faites lorsque DJI a annoncé que le DJI Mavic Air utilisait le Wi-Fi. Effectivement, nous espérions tous que la technologie OcuSync serait présente mais finalement c’est du WiFi dit « Enhanced ». C’est donc un Wi-Fi amélioré qui est proposé par le Mavic Air, et cela se voit lorsqu’on le compare au Spark ! La qualité du retour et la portée sont bien supérieures, notamment grâce aux antennes Wi-Fi placées verticalement sur les trains d’atterrissage avant du DJI Mavic Air.

La portée donnée est de 2 km (test que nous n’avons pas effectué pour respecter la législation française) mais apparemment, il tient ses promesses !

Photo et vidéo

Oui, car le but de ce petit drone est quand même de faire de belles images ! Alors comment s’en sort-il ?

En qualité vidéo, le Mavic Air impressionne ! Malgré sa petite taille, il permet de faire des images de qualité.

  • 4K Ultra HD : 3840 x 2160 24/25/30p
  • 2,7 K : 2720 x 1530 24/25/30/48/50/60p
  • FHD : 1920 x 1080 24/25/30/48/50/60/120p
  • HD : 1280 x 720 24/25/30/48/50/60/120p

Vous l’aurez remarqué, il n’y a pas de 4K 4096×2160 24p comme nous avions sur le DJI Mavic Pro, mais vous retrouvez d’autres éléments intéressants. Notamment la possibilité de filmer en FullHD à 120 images par seconde ! Vous pourrez donc réaliser des ralentis fluides et sans saccade.

Le débit d’enregistrement de données est amélioré par rapport au Mavic Pro, il est désormais de 100Mb/s contre 60Mb/s auparavant. Ce débit max est utilisé lorsque vous enregistrez en 4K, il faudra donc disposer d’une carte microSD rapide.

Du côté des photos, le DJI Mavic Air propose plusieurs possibilités d’enregistrement :

  • Photo
  • HDR
  • Rafale 3/5/7 photos
  • Auto Exposure Bracketing : 3/5 photos bracketées à 0,7 EV
  • Interval 2/3/5/7/10/15/20/30/60s

Je vous propose une vidéo du Youtubeur Américain Casey Neistat qui compare la qualité vidéo du Mavic pro et du Mavic Air :

Le capteur de 12MPx permet de faire des images 4/3 en 4056×3040 ou 16/9 en 4056x2280MPx. Très bonne nouvelle, il est possible d’enregistrer en JPEG mais aussi DNG (RAW), ce qui permettra aux plus experts de retoucher leurs photos en post-production.

Et on arrive donc au mode de prises de vue Boomerang et Astéroïde.

La fonction Boomerang permettra à votre Mavic Air d’entamer un vol autour du sujet sélectionné pour former un cercle, puis de monter à la position la plus éloignée de ce sujet et de revenir finalement à son point de départ. Il garde bien sûr l’avantage commun à tout mode de vol intelligent, vous n’aurez strictement rien à faire. Cliquez simplement sur la fonction via l’application DJI Go 4 et laissez votre drone vous fournir une prise de vue unique de votre décor, avec vous au centre.

La fonction Astéroïde : après avoir sélectionné un sujet ou même un groupe de personne, le Mavic Air entamera son ascension dans les airs et stoppera à la bonne hauteur pour capturer une série de clichés qui créeront par la suite un effet sphère à votre prise de vue. Après avoir généré sa capture « sphère », il entamera un vol retour pour revenir de lui-même vers son pilote. Afin d’obtenir une version finale, allez dans le dossier des fichiers capturés, sélectionnez la vidéo pour débuter sa compilation automatique.

Conclusion

Si cet appareil constitue un premier achat d’une caméra volante haut de gamme, oui, je vous le recommande ! Son pilotage est facile, très assisté tout en restant agréable pour des pilotes expérimentés. Les fonctions automatisées sont efficaces et particulièrement faciles à mettre en œuvre. Les photos et les vidéos sont de qualité très satisfaisante pour un usage loisir, avec des outils sympas pour réaliser des panoramas et des photos 360°.

Il reste sans doute un peu cher pour des débutants, qui privilégieront plutôt le Tello ou le Spark. Mais il pourrait bien séduire les passionnés ou les amateurs de la marque en quête de portabilité extrême.

Il ne vous reste plus qu’à choisir parmi ses trois coloris, blanc arctique, noir onyx ou flamme rouge et à vous éclater en vous prenant de temps en temps pour un Jedi !

Un drone pour amateur en quète de portabilité
  • Contrôle
  • Solidité
  • Temps de vol
  • Camera
  • Design
  • Prix
4.8

Le drone parfait pour les vidéastes ammateurs

Avec son prix relativement abordable pour un passionné et ses performances vraiment au dessus de la concurence, le Mavic Air est un drone qui conviendra parfaitement pour faire de la vidéo amateur de très bonne qualité. Je le recommande à tous les passionnés à la recherche d’un produit mobile.

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: