Test du Hubsan X4 H107C+

Le H107C de Hubsan est un succès commercial immense, et sans doute le mini quadricoptère photo et vidéo le plus vendu à ce jour. Le modèle H107C+ est son successeur : il en reprend les principales caractéristiques, remises au goût du jour. Comme son nom l’indique, avec la lettre C pour Cam, il est équipé d’une caméra 720p qui enregistre sur une carte SD qui se trouve dans le drone (Le H107C avait une caméra en 480p).
Au prix de 44,99 €, chez Amazon, ce petit drone dispose en plus d’un pilotage assisté comme sur les gros drones !

Infos en bref :

  • Poids : 55,7 grammes
  • Autonomie batterie : 6 min
  • Moteurs : Brushed
  • Dimensions : 10,7 x 9,2 x 3,4 cm
  • Caméra : 720p (1280 x 720)
Hubsan X4 H107C+
  • Contrôle
  • Solidité
  • Temps de vol
  • Camera
  • Design
  • Prix
4.1

Le top pour se former au pilotage

Le maintien très approximatif de la hauteur est pénible, et le peu de reprise frustrant quand on est habitué à pousser fort sur les gaz. Si en revanche vous avez envie de découvrir le pilotage assisté comme il est proposé sur des appareils beaucoup plus imposants comme le Phantom de DJI ou ses concurrents, alors oui, le H107C+ constitue un joli hors-d’œuvre pour se former.

Le test

Présentation

Si vous vous êtes déjà penché sur les mini drones, vous n’avez pas pu passer à côté de son grand frère, le H107C. On reprend donc plus ou moins la même recette et on recommence !
Ce drone est idéal pour apprendre à piloter! Sa petite taille est très appréciable pour s’entraîner en intérieur. Même dans une toute petite pièce, il est tout à fait possible de bien s’amuser et de s’initier au pilotage en toute sécurité. Cette version embarque une caméra HD 720p proposant des vidéos plutôt sympas en intérieur mais très limitée au niveau de la netteté en extérieur. Il est bien évidement possible d’améliorer ça lors d’un montage mais il semblerait quand même que la mise au point soit faite pour l’intérieur.

Les dimensions de l’appareil ? 11 cm de diagonale de moteur à moteur, 9,2 de largeur et 10,7 de longueur, pour 3,4 cm de hauteur. Le poids est de 41,2 gr sans la batterie, 55,7 gr avec, en ordre de vol.

Design

La coque du H107C+ est d’un blanc immaculé, aucun fil ni aucun bout de circuit intégré n’est visible, sauf au travers de petites ouvertures sous les bras : cette coque plastique englobe tout l’appareil. La finition est plutôt satisfaisante, avec des jointures « propres ». Les moteurs sont entièrement protégés, et accompagnés de diodes proéminentes. Sur le dos de l’appareil se trouve une bosse que l’on peut confondre avec une entrée d’air. Mais non : elle est obturée, il s’agit simplement d’un effet de style. À l’avant se trouve la caméra, très légèrement inclinée vers le bas. Il y a sur le flanc droit la prise de type micro USB pour la recharge de la batterie et le bouton pour allumer le H107C+. Rien sur le flanc gauche. Sous l’appareil se trouve la fente destinée à accueillir une carte mémoire de type micro SD.

À l’arrière se trouve la batterie, un modèle « propriétaire » puisque logé dans un bloc de plastique avec des connecteurs spéciaux. L’avantage ? Cette batterie se glisse et se retire très facilement – beaucoup plus d’ailleurs que celle du H107D+. L’inconvénient ? Il faut impérativement utiliser une batterie Hubsan, les modèles génériques n’étant pas compatibles. D’ailleurs, non seulement il faut un modèle Hubsan, mais il faut un modèle H107C+ ! Car si les connecteurs sont les mêmes sur les batteries du H107C+ et du H107D+, le reste est différent. Et, vous vous en doutez, incompatible, évidemment… La batterie est une Lipo 1S 3,7 V de 520 mAh, qui se charge en 55 min environ.

Et la solidité de l’ensemble est au rendez-vous car, même avec des crashs un peu violents, il n’a pas bougé d’un poil. Les bras en plastique un peu mou semblent jouer leur rôle d’amortisseur. Les cages des moteurs ont aussi ce rôle protecteur. Les hélices souffrent plus, mais elles peuvent être changées… Dommage qu’il n’existe pas, pour l’instant, de protections d’hélices pour le H107C+. L’appareil étant entièrement caréné, y compris les moteurs, le H107C+ vole sous la pluie ! Et comme sa caméra est légèrement orientée vers le bas, les gouttes d’eau ne tombent pas (trop) sur la lentille. Ce n’est évidemment pas une pratique à encourager, l’eau et l’électronique ne font pas bon ménage. En revanche, le manque de puissance sur les gaz handicape l’appareil face au vent.

Photo et vidéo

Pour capturer des images, il faut au préalable avoir inséré une carte mémoire de type micro SD dans la fente prévue à cet effet sous le H107C+. À vous de vous en procurer une car Hubsan n’en fournit pas. Pour prendre une photo, rien de plus simple, il suffit d’appuyer sur la touche avant gauche de la radiocommande – c’est facile, elle tombe sous l’index. Les clichés sont d’une résolution de 1600 x 1200 pixels. Le résultat est correct, sans plus. Le piqué n’est pas formidable, mais bon, à ce prix-là, on s’en doutait un peu. Avec une lumière forte, pas de souci, les photos sont assez réussies. Mais avec une faible luminosité, elles sont floues.

Démarrer l’enregistrement d’une vidéo est tout aussi simple que prendre une photo : il suffit d’appuyer sur le bouton haut à droite de la radiocommande. Attention, il est impératif de stopper l’enregistrement, avec une autre pression sur ce bouton, pour que la vidéo soit stockée. Si vous éteignez l’appareil ou si vous retirez la carte avant d’avoir stoppé l’enregistrement, la punition est simple : la vidéo est perdue !

À la différence des photos, les vidéos se révèlent très réussies ! Elles sont enregistrées dans une résolution de 1280 x 720 pixels à 30 images par seconde. Malgré l’absence de stabilisation, les images sont fluides, très agréables à visionner. Elles sont optimales avec une forte luminosité, mais le résultat est très convaincant en basse lumière. Car dans ce cas, on note un fort bruit, des pixels parasites, mais la vidéo reste très fluide alors que les caméras d’entrée de gamme ont tendance à produire des vidéos très saccadées lorsque la luminosité est faible. Si vous volez de manière brusque, les vidéos sont évidemment un peu pénibles à visionner. Mais en pratiquant des vols doux et en restant en mode débutant pour limiter la nervosité de l’appareil, elles sont très agréables.

Le vol

La radiocommande est de type joystick de console de jeu, très plastique, mais avec un écran de contrôle. Comme pour le H107D+, ses deux joysticks sont au neutre, ce qui signifie qu’il est facile de passer du mode 1 au mode 2, et vice-versa. La méthode pour passer de l’un à l’autre est simple : il suffit d’allumer la radiocommande en maintenant les joysticks orientés vers l’extérieur haut pour passer en mode 1, ou orientés vers la gauche haut pour le mode 2 (il ne faut pas oublier de faire tourner les joysticks dans tous les sens pour les calibrer, puis de valider par l’un des trims). Une fois la radiocommande allumée, appuyez longuement (2 à 3 secondes) sur le bouton d’allumage du H107C+. Posez l’appareil au sol et attendez un court instant : il est prêt à décoller. Comme pour le H107D+, la manette des gaz ne commande pas directement la vitesse de rotation des moteurs, mais si l’appareil doit monter lentement ou rapidement, ou descendre lentement ou rapidement.
Et qu’en est-il du fameux pilotage assisté ? C’est possible par la présence d’un baromètre altimétrique qui s’occupe de maintenir la hauteur du H107C+ automatiquement. Exactement comme un Phantom de DJI. L’idée est très intéressante pour qui veut piloter sans se soucier du contrôle de la hauteur. Seulement voilà, la fonction n’est pas aussi efficace que l’on aurait pu l’imaginer. Si vous laissez l’appareil se débrouiller tout seul sans intervenir, il risque de finir au sol ou de grimper très haut. Fort heureusement, il est facile de contrer ces oscillations parasites.

Pour donner un peu de peps à l’appareil, il suffit d’une pression rapide sur le joystick de profondeur. Deux bips indiquent le mode expert : le H107C+ est plus nerveux, mais il reste assez docile par rapport à des appareils concurrents.

Deux autres fonctions sont proposées par la radiocommande : les pirouettes automatisées, avec une pression longue sur le joystick des gaz, et le mode headless qui permet de ne pas se soucier de l’orientation de l’appareil pendant le vol, par une pression courte sur le joystick des gaz

Conclusion

Si vous êtes un pilote expérimenté à la recherche d’un appareil pour vous entrainer, passez votre chemin. Le maintien très approximatif de la hauteur est pénible, et le peu de reprise frustrant quand on est habitué à pousser fort sur les gaz. Si en revanche vous avez envie de découvrir le pilotage assisté comme il est proposé sur des appareils beaucoup plus imposants comme le Phantom de DJI ou ses concurrents, alors oui, le H107C+ constitue un joli hors-d’œuvre pour se former. Sa caméra filme de manière très convaincante… pour un modèle 720p. N’allez pas non plus imaginer produire des vidéos de qualité, cette caméra reste un gadget, mais elle propose un résultat très au-dessus des modèles concurrents. Suffisamment, en tout cas, pour que le H107C+ ne se retrouve pas dans un tiroir par manque d’intérêt.

Hubsan X4 H107C+
  • Contrôle
  • Solidité
  • Temps de vol
  • Camera
  • Design
  • Prix
4.1

Le top pour se former au pilotage

Le maintien très approximatif de la hauteur est pénible, et le peu de reprise frustrant quand on est habitué à pousser fort sur les gaz. Si en revanche vous avez envie de découvrir le pilotage assisté comme il est proposé sur des appareils beaucoup plus imposants comme le Phantom de DJI ou ses concurrents, alors oui, le H107C+ constitue un joli hors-d’œuvre pour se former.

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: